Comment courir par grand vent sans se fatiguer ?

avril 24, 2024

Vous cherchez peut-être à transformer une contrainte en opportunité. Effectivement, le vent peut être perçu comme un adversaire coriace pour tout running addict. Mais en y regardant de plus près, courir avec ou contre le vent est une question de stratégie et d'adaptation. 

Conseils pour faire du running par temps venteux

1 - oubliez la vitesse :

La première règle d’or est de délaisser votre montre et vos records habituels. Le vent augmente la résistance à l'air, ce qui signifie que vous dépenserez plus d'effort pour maintenir votre allure habituelle. Concentrez-vous donc sur la sensation plutôt que sur le chrono. Utilisez votre fréquence cardiaque comme référence, en maintenant un niveau d’endurance fondamentale. Cela signifie courir à une intensité où vous pouvez tenir une conversation sans essoufflement excessif.

Lire également : Comment équilibrer une alimentation saine et un budget serré ?

2 - adapter sa foulée :

Une foulée plus courte et plus rapide est préconisée pour garder l'équilibre et réduire le risque de chute sous les rafales. En effet, une foulée allongée vous expose davantage aux bourrasques et peut compromettre votre stabilité. Pensez à rester souple sur vos appuis et à ajuster votre pied à chaque instant.

Pour plus de conseils et d'astuces sur la manière de courir efficacement lorsque les conditions sont venteuses, envisagez en lisant cette page.

A lire également : Découvrez le monde des tapis de prière : Styles, motifs et significations

3 - courir le vent dans le dos :

Planifier son parcours en fonction de la direction du vent peut transformer une séance pénible en une aide précieuse. Si le vent est inévitable, commencez par le prendre de face lorsque vous êtes le plus frais, et finissez avec lui dans le dos, ce qui vous donnera un coup de pouce bien mérité sur le chemin du retour.

Adapter son entraînement au vent

1 - plan d’entraînement flexible :

En plus de modifier votre allure, votre plan d'entraînement doit être adaptable. Par exemple, si votre programme stipule des séances de vitesse un jour de grand vent, il serait judicieux de les reporter ou de les remplacer par un entraînement axé sur l'endurance ou le renforcement musculaire.

2 - augmenter le volume d’entraînement :

Courir avec le vent peut être une occasion de travailler l'endurance fondamentale en augmentant légèrement le volume d'entraînement. En effet, courir plus longtemps à une allure modérée contribue à renforcer votre endurance sans surcharger votre corps.

3 - trail running et vent :

Le trail running offre des parcours naturellement variés et souvent abrités du vent. Si vous êtes un adepte du trail, privilégiez les sentiers forestiers ou encaissés où le vent est moins présent.